Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

AccueilInternational

Institut maçonnique européen de la GLFF

Au cours de la séance plénière de la Commission européenne, Catherine Jeannin-Naltet, Grande Maîtresse de la G.L.F.F., déclare « L’Europe doit innover, impulser, inciter les Etats membres à mettre en œuvre une réelle solidarité entre les générations et les genres !

L’Europe doit, à l’instar du respect du pacte budgétaire, proposer des mesures essentielles et obligatoires, un socle commun de règles incontournables « un traité de l’Europe sociale », articulé sur quelques idées fortes :

 
Pour tous :
- La mise en place d’un revenu minimum d’existence en y attachant des droits et obligations qui pourront être sanctionnés par le juge européen.
- Le droit à une formation permanente tout au long de la vie.
 
Pour la Jeunesse :
- Le droit inaliénable à une éducation gratuite et laïque et l’accès égalitaire filles et garçons à cette éducation.
- Comme nous le préconisions dans notre étude Jeunesse et avenir. 
- Favoriser la mobilité des jeunes en instaurant des bourses d’études européennes
 
Pour les seniors :
- Une solution pour la prise en charge du coût de la dépendance.
 
Pour les femmes :
En matière de solidarité intergénérationnelle, les femmes sont beaucoup plus impliquées que les hommes car elles sont sur tous les fronts : éducation, transmission, économie, sans oublier qu’elles constituent 80% des familles monoparentales.
En outre, elles constituent le corps principal des aidants pour l’aide au handicap et à la dépendance (8,3 millions d’aidants familiaux non professionnels dont 80% de femmes, apportent 63% de l’aide nécessaire aux personnes malades, handicapées ou vieillissantes sans bénéficier de la reconnaissance ou de l’aide qu’elles méritent   ).
 
- Elles ont besoin que leur promotion professionnelle et leur salaire soient rigoureusement égaux à ceux des hommes.
- Elles ont besoin d’une solidarité institutionnelle qui assortisse les congés pris pour élever les enfants d’une formation obligatoire et concomitante pour les aider à retrouver un emploi.
- Elles ont besoin que le temps passé comme aidant donne droit à une contribution et soit pris en compte dans le calcul de leurs retraites.
 
Voilà quelques uns des éléments clés d’une solidarité intergénérationnelle.
 
Vous pourrez retrouver dans la synthèse que nous vous avons remise tout à l’heure de plus amples propositions.
 
A l’instar de Léon Bourgeois qui écrivait que « L’organisme ne se développe qu’au prix du développement des éléments qui le composent, la société ne peut progresser que par le progrès des hommes », nous pourrions dire que : «l’Europe ne peut exister que par le progrès des femmes et des hommes qui la composent» »
 
 
Extrait de la déclaration de la Grande Maîtresse de la G.L.F.F.,
Catherine Jeannin-Naltet, le 27 novembre 2012.

 

Accueil - Nous contacterMentions légales