Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

Droits des femmes

 
L’Assemblée Générale des Nations Unies a déclaré le 11 octobre Journée internationale de la fille, afin de reconnaître les droits des filles et les obstacles particuliers auxquelles elles se heurtent de par le monde.

La Grande Loge Féminine de France souligne que les femmes sont les premières forces de développement, de démocratisation et de paix. Le droit des filles à l’éducation devrait être pensé comme une obligation et un impératif moral par leurs familles.

La Grande Loge Féminine de France  représentée par sa présidente Catherine Jeannin Naltet  se joint aux associations partenaires qui ont signé l'appel en faveur de la libération d'Asia Bibi

C'est en effet la première fois qu'une loi s'attaque aux inégalités femmes-hommes partout où elles se manifestent encore, travail, foyer, séparations, violences, responsabilités... afin de rendre effectif l'égalité des droits affirmée depuis longtemps dans les textes.


 

70 ans se sont écoulés depuis le 21 avril 1944, date à laquelle le droit de vote et d’éligibilité a été accordé aux femmes françaises, par une ordonnance de l’Assemblée consultative provisoire d’Alger.
Afin de célébrer l’anniversaire de cet événement historique, la France a souhaité lancer et faire signer une plateforme "Pour une Europe des Droits des Femmes", le 16 avril 2014, par les lauréates du Prix Nobel de la Paix Jody Williams, Shirin Ebadi et Leymah Gbowee, la Vice Première ministre belge, ministre de l’intérieur en charge de l’égalité, Joëlle Milquet, la Secrétaire d’Etat parlementaire allemande aux droits des femmes Caren Marks et Rovana Plumb, la ministre du travail et des affaires sociales roumaine, présentes au lancement, ainsi que le cinéaste Costa-Gavras.

La Grande Loge Féminine de France, sensible à défendre la liberté et la dignité des êtres humains, soutien cette initiative d'autant qu'elle est très fortement impliquée dans le projet européen par l'intémédiaire de son Institut Maçonnique Européeen.

 

Accueil - Nous contacterMentions légales