Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

AccueilAxes de travail

Commission Histoire

Son rôle majeur est de rassembler les documents historiques concernant à la fois l’Obédience : Procès Verbaux des assemblées, actes des colloques, synthèses des travaux à l’étude des Loges, publications diverses ;
mais aussi ceux concernant les Loges : créations, anniversaires, réunions exceptionnelles et bien sûr de leurs membres : travaux de réflexions, conférences.
Cela fait maintenant 35 ans que cette Commission existe, sa création remonte à 1976.

La Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques répertorie et archive tous les documents qu’elle recueille afin de constituer un « Fonds Maçonnique », une mémoire pour la Grande Loge Féminine de France (G.L.F.F.).
Elle se divise en deux groupes de recherche : la Commission d’Histoire et de Documentation Maçonnique et l’Institut d’Etudes et de Recherches Maçonniques.

Expositions et publications

Chaque Loge, au moment de sa création fait fabriquer une médaille qui sera portée comme un bijou par les membres des loges pendant leurs travaux. La Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques collecte systématiquement ces médailles, ce qui a permis :

  • la constitution d’une vitrine d’exposition, véritable carte d’identité et d’Histoire de la G.L.F.F. 
  • la création du premier Livre d’Or, en 1983, 
  • la parution récente du Médaillier, livre qui recense, par de magnifiques photos, les médailles de plus de 430 loges.

Les recherches

Participer aux travaux des Commissions d’Histoire avec deux autres Obédiences masculines, la Grande Loge de France et le Grand Orient, est une priorité.
Cette collaboration fructueuse a commencé en octobre 1989 pour la Commission d’Histoire et de Documentation Maçonnique et en juin 1995 pour l’Institut d’Etudes et de Recherche Maçonniques.

Au-delà du travail dans les Loges Féminines sur toute la France, la Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques recueille des livres, revues, articles, etc…, afin de constituer une documentation maçonnique de qualité.
Les recherches historiques sur tout ce qui concerne la Franc-maçonnerie en général, les Francs-maçonnes et l’histoire de la Franc-maçonnerie féminine en particulier sont entreprises pour que leur longue et riche histoire soit tirée de l’ombre et marquées dans les annales.
L’accès aux Archives revenues de Russie, par exemple, et leur dépouillement ont permis la mise en lumière de la vie jusque là méconnue des loges d’adoption du 20ème siècle.
Au 18ème siècle, dans la plupart des villes de province, se trouvaient des loges recevant des femmes.
Les musées, les archives départementales et municipales détiennent de nombreux documents inexploités où presque tout reste à faire en matière de recherches.
La Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques, en collaboration avec les commissions d’histoire régionales travaille à leur défrichage.
Ces recherches donnent lieu à :

  • des conférences touchant principalement des femmes célèbres, maçonnes ou non, ou concernant notre histoire proche ou lointaine et aboutissant à des publications internes,
  • des articles dans les revues historiques et dans les revues maçonniques,
  • la parution de livres sur la Franc- maçonnerie féminine, citons : « Autoportrait », « La Grande Loge Féminine de France» - G.L.F.F. , et le « Que Sais-je ? » sur la G.L.F.F. qui en est à sa 3e édition,
  • une participation en tant qu’intervenantes au 1er colloque universitaire international de Bordeaux sur : « Les femmes et la franc-maçonnerie, des Lumières à nos jours » les 17, 18 et 19 Juin 2010. Colloque particulièrement intéressant et bien documenté dont les actes sont disponibles en deux publications.

Une bibliothèque riche de plus de 3.000 ouvrages

La Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques a la charge de la bibliothèque dont la création remonte à 1948. Elle vient de se doter d’un logiciel bibliothèque, identique à celui des autres obédiences, ce qui permet de partager les informations.
Plus de 3.000 ouvrages, recensés dans un répertoire informatique, sont offerts à la consultation sur place ou sur demande.
La Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques travaille également avec l’Association des Amies des Archives, des Collections et du Musée (A.A.A.C.M.), créée en 2006, qui peut acheter ou recevoir pour le compte de la Grande Loge Féminine de France tout objet maçonnique susceptible d’enrichir son patrimoine : tabliers, sautoirs, cordons, gravures, vaisselle, bijoux, etc,…une amorce de collections en prévision d’un futur Musée.
L’ambition de la Commission Nationale d’Histoire et de Recherches Maçonniques est la constitution d’un véritable Centre de Documentation, digne d’une obédience telle que la Grande Loge Féminine de France.
Il s’agit de répondre à la curiosité de ses 16.000 membres tout comme aux demandes de chercheurs et d’étudiants qui travaillent sur la Franc-maçonnerie féminine.
Préserver et archiver le patrimoine historique et culturel de la Grande Loge Féminine de France, entretenir sa mémoire, étudier dans l’Histoire le mouvement maçonnique, la place et le rôle véritable des femmes afin de réaliser ainsi un véritable historique de la Franc-maçonnerie féminine, tels sont les buts principaux de cette Commission.

Accueil - Nous contacterMentions légales