Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

AccueilAxes de travail

Commission de la Laïcité

La Grande Loge Féminine de France (G.L.F.F.) a inscrit dans sa Déclaration de Principes « le principe de Laïcité », manifestant ainsi son attachement à la liberté de conscience.
Le principe de Laïcité énoncé et mis en œuvre par la loi du 9 décembre 1905 a été institué par les Constitutions françaises de 1946 et de 1958.

La Commission nationale de la Laïcité, créée au sein de la G.L.F.F. a pour objet d’étudier, de promouvoir, de diffuser des études relatives à tous les aspects de la Laïcité en France.

En relation avec les Commissions Régionales qui nourrissent sa réflexion, la Commission nationale de la Laïcité recueille les témoignages des actions menées par les Franc-maçonnes pour la défense, l’illustration et la promotion de la Laïcité.
Elle analyse les projets de textes législatifs et réglementaires dans leur proximité à ce principe.
C’est ainsi qu’elle a pu s’exprimer sur le port du voile et des signes religieux à l’école, sur le projet d’interdiction du voile intégral, sur les droits de l’enfant, sur la révision des lois Bioéthique, etc…

Un rôle majeur

La Commission nationale de la Laïcité exerce donc un rôle de veille, d’alerte et de proposition. Elle contribue à l’élaboration et à la préparation des interventions publiques de la Grande Maîtresse.

L’avis de la Commission nationale de la Laïcité est requis également pour préparer les auditions devant les instances parlementaires ; pour l’expression de l’Obédience lors d’un communiqué ou d’une interview concernant un fait de société où la Laïcité est impliquée ou bafouée, ce qui arrive trop souvent aujourd’hui.

Depuis de nombreuses années, l’engagement humaniste des Franc-maçonnes de la Grande Loge Féminine de France les entraîne sur dans la vie citoyenne.

En permanence, le principe de Laïcité guide la réflexion maçonnique : rester à l’écoute réciproque, en dépit des différences d’opinions et de croyances, dans le respect mutuel, par la reconnaissance de valeurs partagées et l’affirmation de l’appartenance à la seule communauté acceptable, la communauté de destin.

Un engagement permanent

Les membres de la Commission nationale de la Laïcité s’engagent sur des sujets majeurs comme l’émancipation des femmes, l’éducation des enfants et des adolescents.
Le rôle de cette Commission est aussi de participer à l’émergence de la conscience critique indispensable à l’épanouissement personnel, à l’engagement à vivre ensemble en paix.
La Grande Loge Féminine de France et les membres de la Commission nationale de la Laïcité rejettent les sectarismes, les intégrismes, les communautarismes qui, sous couvert de culture, masquent, voire justifient la permanence de traditions qui enferment, qui contraignent, qui mutilent les femmes.

Femmes de progrès, elles s’investissent dans l’évolution des lois Bioéthique, qu’elles placent au-delà de toute conviction religieuse. Toujours en recherche de vérité, elles n’ont nul besoin de vérité révélée.

Les dernières actions

La Commission nationale de la Laïcité a observé l’importance grandissante et inquiétante du créationnisme et a produit, en 2008, une brochure à l’usage des Franc-maçonnes qui, face à l’offensive du créationnisme, offre une approche historique du darwinisme.
Le 9 décembre 2009, date anniversaire de la promulgation de la loi de 1905, une réunion à Paris a traité de l’historique de la Laïcité, de ses définitions, des attaques subies et une plaquette a été réalisée.

Le 11 décembre 2010, un colloque ouvert au public a traité de « Services publics, la Laïcité à l’épreuve, santé et école » à la Mairie de Paris.

La Grande Loge Féminine de France n’est pas seule dans ce combat.

D’autres obédiences maçonniques, d’autres organisations s’investissent dans la promotion de la Laïcité et travaillent au côté de la Grande Loge Féminine de France qui elle, apporte la spécificité d’une approche féminine de la pensée.

Accueil - Nous contacterMentions légales