Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

Marie-Thérèse Besson, Présidente de la GLFF, interviewée sur RTL le 29 mars 2016

Rémi Sulmont, journaliste dans la Matinale d'RTL, interview Marie Thérèse Besson, présidente de la Grande Loge Féminine de France à propos due colloque Jeunesse #monavenir .

Ce colloque, co-organisé par la GLFF et la GLDF, se déroulera le 2 avril 2016, à Paris au Palais Brongniart.

Voici un extrait de l'interview :

Une ministre et des francs-maçons. Le pouvoir et la confrérie. Sur les réseaux sociaux, lorsque ce colloque a été rendu public, la machine à fantasmes a immédiatement démarré. D'où l'envie de regarder cela de plus près. D'abord, l'affiche du colloque qui va se dérouler à Paris. On y voit six jeunes souriants de toutes les couleurs de la vie. Une blonde, une brune, un asiatique, une black… Le slogan : #monavenir


Ecouter l’interview de Marie Thérèse Besson, Présidente de la GLFF :


 

"Démystifier la franc-maçonnerie"

L'objectif est d’attirer 600 jeunes, de le les inviter "à venir rencontrer les franc-maçonnes et les francs-maçons". LD'où le hashtag sur l’affiche pour dire que la franc-maçonnerie, c’est hyper "hype", c'est branché.
Deux obédiences organisent ce colloque : la Grande Loge de France, réservé aux hommes, et la Grande Loge féminine de France . Fondée en 1945, cette dernière est une association loi 1901. Elle compte aujourd'hui 14.000 membres et regroupe 435 loges. Ce sont des sortes d’atelier de travail regroupant en moyenne une trentaine de femmes. À sa tête, Marie-Thérèse Besson, présidente et grande maîtresse. Ancienne sage-femme devenue directrice d’établissement de santé, elle plaide pour "une démystification de la franc-maçonnerie".
"On raconte des tas d'histoires sur la franc-maçonnerie vis-à-vis du pouvoir, vis-à-vis des réseaux, le complot judéo-maçonnique, les francs-maçons qui font et défont les lois. On n'est plus sous la IVe République quand même, il ne faut pas exagérer !", lance-t-elle. "À partir du moment où nous venons et nous expliquons ce que l'on fait, les gens peuvent se dire : 'Finalement, ce n'est pas que c'était ça !'", poursuit-elle. Marie-Thérèse Besson explique qu'elle vise "une société plus juste, plus égalitaire et plus éclairée", loin d'une secte. 

La fin du mystère des confréries ?

La franc-maçonnerie n’a plus le pouvoir qu’on lui prête ? Il existe bien sûr des réflexes de réseaux, mais qui sont de plus en plus concurrencés par d’autres réseaux qui s’animent et s'entretienne plus facilement avec Internet. "Il est faux de dire qu’on a besoin d’être franc-maçon pour être ministre", dit Étienne Gernelle, le directeur du Point, un magazine qui a multiplié les couvertures sur "le pouvoir des franc-maçons", avant d'arrêter en 2012. Avec sa "une" titrée "Un franc-maçon nommés Valls" l'année dernière, L’Express a augmenté ses ventes de 15%, selon son patron Christophe Barbier. 
Mais ce type de couvertures se fait plus rare. Comme si le mystère des confréries n’opérait plus. Les lecteurs se sont lassés. Sans doute aussi parce qu’ils se sont rendus compte que les vrais "complotistes", avec leur théories improbables sur Charlie Hebdo et le 13 novembre, sont partout ailleurs, sur les réseaux sociaux.

Pour en savoir plus :

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/franc-maconnerie-vers-la-fin-des-fantasmes-7782587063

Une interview et un article RTL par Rémi Sulmont et Loïc Farge, du 29/03/2016

Accueil - Nous contacterMentions légales