Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

La GLFF souhaite la création d’une Obédience Féminine Africaine - 6 février 2016

Les 24e Rencontres humanistes et fraternelles d’Afrique francophone et de Madagascar (Rehfram) se sont achevées ce samedi 6 février. Pendant deux jours, à Douala, au Cameroun, près de 350 francs-maçons d’Afrique, d’Europe et d’Amérique ont échangé, discuté et débattu. Un forum à huis clos qui permet notamment d’aborder des questions d’actualité. Cette année, les participants ont planché sur la montée de l’intolérance et de la violence.

Avant l'ouverture des 24e Rencontres humanistes et fraternelles d’Afrique francophone et de Madagascar REHFRAM, les délégations ont été accueillies par le ministre camerounais de l’Enseignement supérieur.
Pendant deux jours, ces rencontres entre francs-maçons ont permis de travailler sur une question d’actualité, « Face à l’intolérance et à la violence, quels sont les devoirs des francs-maçons ? »

Très implantée, en Afrique, avec 14 loges, la Grande Loge Féminine de France a clôturé ces rencontres.

« Nous savons bien que la démocratie évolue en parallèle de l’évolution du droit des femmes. La crise identitaire de nos sociétés est souvent évoquée, mais les femmes sont des racines, des passeuses de vie et de lumière et je crois intimement que toute évolution, toute action en profondeur passe par elles. Notre souhait ? Notre espérance ? Que toutes, elles puissent grandir encore et créer leur propre obédience afin de rayonner sur l’ensemble du continent....Alors, je fais un rêve, dont je sais bien qu’il deviendra vite réalité : dans quelques années, et nous nous sommes données deux ans, une Obédience Féminine Africaine libre et indépendante siégera ici, au sein de la CPMAM.»conclut Marie-Thérèse Besson, Présidente de la Grande Loge Féminine de France.

Discours de Marie-Thérèse Besson

Le prochain rendez-vous de la franc-maçonnerie africaine se tiendra dans un an, les 3 et 4 février, à Madagascar.

Appel de Douala

Accueil - Nous contacterMentions légales