Editorial

Depuis plusieurs heures, je tourne et retourne mon stylo. Les vœux pour 2017… Que dire qui ne soit banal ? Comment trouver des mots d’Espoir quand les valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie ont été si durement éprouvées cette année ?

Oui, je redoute que l’obscurantisme se manifeste à nouveau. Oui, je crains pour la Liberté en général, la Liberté des femmes en particulier. Oui, j’appréhende les amalgames et la banalisation de l’inacceptable.

 

Il me revient soudain à l’esprit une photo du Camp des Milles où j’ai fait une conférence cet automne. On y voit des dizaines d’employés d’un Arsenal à Hambourg. Debout, ils exécutent tous dans un même mouvement le salut nazi. Parmi eux, seul, un homme croise les bras. Quelle dignité au milieu de ses collègues automatisés ! Il résiste, tête haute… Au-delà du temps, 1936-2016, il m’apporte l’Espoir.

Je me dis que les Franc-Maçonnes aussi savent tenir bon et résister.
Les pieds enracinés dans le terreau de leurs valeurs.
La main sur le cœur, fidèles à leur engagement et à l’Amour de l’humanité.
La tête haute, elles rejettent le prêt-à-penser en femmes libres et vigilantes.

Bâtisseuses du présent et de l’avenir, elles s’appuient sur la force de la transmission initiatique.
Joyeuses, elles construisent ensemble parce qu’elles savent qu’on ne peut bâtir seul et que la Fraternité est essentielle au progrès de l’humanité.
Guidées par le recherche de la Vérité, elles rayonnent dans les gestes les plus quotidiens, pour défendre les valeurs de la République : la Liberté, l’Egalité, la Fraternité.
Pour 2017, je formule un vœu simple: que notre Obédience s’enrichisse  encore d’autres femmes remarquables qui s’engagent pour bâtir un monde meilleur !
Oui, la Franc-Maçonnerie est source d’Espérance et de Lumière.

Marie-Thérèse BESSON, Présidente 

Lire la suite

Lire la suite

Nous rejoindre

Hommage à Louise Michel

Pour la cinquième fois, les sœurs de la Commission Nationale d’Histoire et de Recherche Maçonniques (CNHRM) de la Grande Loge Féminine de France ont organisé une cérémonie d’hommage à Louise Michel devant sa tombe au cimetière de Levallois où elle repose depuis 1905 en compagnie de sa mère et non loin de celui qu’elle a aimé, Théophile Ferré.

En 2011, Denise Oberlin alors Grande Maîtresse de la GLFF était à l’initiative d’une « Journée Louise Michel » et en 2012 la publication du n°1 de la Collection « Voix d’Initiées » était intitulé « Louise Michel, une femme debout ».
Icône de la Commune de Paris, conférencière anarchiste mais surtout esprit libre et femme complètement présente à l’histoire de son temps en marche, Louise Michel est éducatrice, poète, écrivaine, excellente oratrice, refusant d’accepter comme inévitables la misère et la souffrance qui proviennent des inégalités et de l’injustice.

Cette année, il faisait beau et l’assistance était nombreuse autour de Marie-Thérèse Besson, Grande Maîtresse de la GLFF accompagnée du Conseil Fédéral, des membres de la CNHRM et de quelques dignitaires des autres obédiences.
Sur le thème « Louise Michel et Victor Hugo », nous avons entendu des lettres et des poèmes de Louise  au grand homme, l’hommage de celui-ci à la condamnée de la Commune, ainsi que des textes sur l’admiration réciproque qui s’était établie entre eux et sur les hommes qui l’avaient aimée, tels Clémenceau et Rochefort.

Un beau moment d’histoire et d’émotion pour celle qui, à l’automne de sa vie est devenue notre sœur en entrant en franc-maçonnerie!

Télécharger le pdf

 

Accueil - Nous contacterMentions légales